L'objectif Petzval

L’histoire des objectifs est marquée en 1840 par le concours lancé par la Société d’encouragements pour l’Industrie Nationale en vue de promouvoir les améliorations dans le domaine de la photographie. En réponse à celui-ci fut élaboré par Joseph Petzval un objectif plus lumineux que ceux exploités depuis l’invention de la photographie.

Vienne

Vienne, ville originaire de l’invention de l’objectif Petzval est également le lieu de sa résurgence. Elle fut en effet le lieu des recherches de Joseph Petzval, en partie conservées au Musée des Techniques de la ville, avant d’y resurgir grâce à la société Lomography plus d’un siècle et demi plus tard.

Contexte

L’optique de Charles Chevalier exploitée depuis 1839 par les daguerréotypes complexifiait radicalement la prise de vue et imposait de longues minutes de pose. Pour résoudre ses contraintes Joseph Petzval se pencha par des moyens mathématiques sur le calcul d’un nouveau système optique plus lumineux.

historique

Les impératifs techniques liés à la sensibilité des supports photographiques furent à la source des recherches de Joseph Petzval. Il parvint à réaliser une optique à la vitesse courte et à la mise au point centrale de qualité. Celle-ci grâce à une ouverture pouvant aller jusqu’à une valeur de f/3.7 permit de réduire significativement le temps de pose et par la même les flous de bougé du sujet photographié.

QU'EST-CE QUE L'OBJECTIF PETZVAL ?

L’objectif Petzval, premier objectif dédié aux portraits, modifie radicalement les potentialités techniques du médium. Grâce à sa grande ouverture du diaphragme, il engendre de nouveaux usages et enjeux photographiques. Découvrez ses spécificités techniques et esthétiques à la source d’un double élan novateur.

Mécanisme

L’objectif Petzval grâce à un procédé anastigmate calculé par des moyens mathématiques permis par l’amélioration technique de la structure de l’objectif, un dispositif seize fois plus lumineux que le ménisque employé par Daguerre.

Succès et développement

L’histoire des objectifs photographiques est marquée en 1840 par l’élaboration par Joseph Petzval d’un objectif plus lumineux que ceux exploités depuis l’invention de la photographie. Il parvint à réaliser une optique à la vitesse courte et à la mise au point centrale de qualité. Il offrit ainsi une innovation déterminante pour la photographie de portrait.

la production

Formé de deux doublets composés respectivement de deux lentilles de verre séparées par un diaphragme, le procédé anastigmate calculé par Joseph Petzval révolutionna en 1840 l’optique photographique et plus particulièrement la pratique du portrait.

Crise

Les imperfections du procédé anastigmate furent à la source de la désaffection de l’objectif. Les effets de courbure de champ, de vignettage, l’astigmatisme peu fiable et les aberrations chromatiques qui marquaient l’image d’un rendu symptomatique furent à la source de son abandon dans les années 1920.

Musée des techniques

Le musée des Techniques de Vienne regroupe au sein du département photographie une collection majeure concernant l’objectif Petzval. Depuis 1910, soit seulement un an après sa fondation, le musée n’eut de cesse de rassembler tous les éléments, documents et objets liés à Joseph Petzval et à son invention, qui en constituent aujourd’hui le fond photographique.

L'exposition

L’exposition temporaire consacrée à Jospeh Petzval intitulée "Die Schärfung of Blicks Joseph Petzval: Das Licht, die Stadt und die Fotografie" fut l’occasion de dévoiler de fin 2003 à début 2004 l’ensemble des fonds du musée concernant Joseph Petzval. Furent notamment visibles les optiques originelles et l’Autoportrait au fusil, 1856 de Joseph Petzval.

Les raisons du rebond

Les défauts optiques de l’objectif initial attirent un siècle plus tard l’attention des ingénieurs de la société Lomography en charge du projet. Le cycle de vie de l’artefact prend alors à revers les notions d’abandon et d’échec en puisant dans les spécificités qui ont entraîné sa perte, dans un élan novateur.

Résurgence

Les rétro-recherches effectuées sur l’objectif Petzval par la société Lomography le placent parmi les innovations résurgentes, relancées et rééditées. Elles sont à la source d’un rebond lié aux effets symptomatiques qui avaient fait tomber l’objectif en désuétude.

Le pari de lomography

La Lomography Society International fut créée en 1992, suite à l’acquisition de l’exclusivité de vente de l’appareil LOMO LC-A, à l’origine de la pratique de la lomography. Dans son sillage, elle se positionne sur le champ de la réédition et de la commercialisation d’appareils et objectifs photographiques abandonnés, délaissés et revalorisés.

Conclusion

La résurgence de l’objectif Petzval entraîne un constat positif sur l’innovation. Celle-ci est certes relative aux notions de progrès et d’usage, mais engage l’optique photographique dans un nouveau cycle de vie grâce à l’engouement et la valorisation de la société Lomography. En émane une réhabilitation de l’innovation de 1840 qui exploite et valorise les déficiences de l’objectif de Joseph Petzval.