Roue à Aubes

Les roues à aubes sont une source d’énergie qui fonctionne par un système hydraulique. Initialement rudimentaires, elles ont évolué au fil du temps, avec les progrès de l’énergie hydraulique et de l'aérodynamique pour devenir les turbines d'aujourd'hui.

Le moulin de Bruno

Les roues à aubes et les moulins sont proches, tant sur le plan historique que sur le plan mécanique. Ces deux outils ont évolué et se sont complétés pour les différentes tâches qu’on leur attribuait. Le moulin de Bruno est un moulin qui a été rénové par Michel Darniot, le président de l’association des Moulins de l’Ain. Celui-ci fonctionne comme dans l’ancien temps, et dispose d’un système de production d’énergie propre.

La roue et ses mécanismes

La roue à aubes est une roue à axe horizontal. Son périmètre est garni de palettes et de godets servant à élever l'eau pour alimenter le système de turbine produisant de l'énergie. Les palettes plongent dans la rivière et déclenchent le mouvement de la roue. Elle utilise la poussée de l'eau issue directement d’un torrent. Il existe plusieurs types de roues à aubes telles que les roues à augets ou les roues à palettes.

Un outil aux multiples facettes

La roue à aubes a considérablement évolué depuis que l’Homme l’utilise. Formes différentes, mécanismes adaptés pour différents usages, au fil du temps et proportionnellement aux besoins grandissants des hommes à l’avènement de l’ère industrielle, les roues à aubes disposent actuellement d’un répertoire de performances et d’apparences florissant.

Le Jura

Le Jura et l'Ain sont des lieux historiquement riches en ressources et alimentés par de nombreux torrents et rivières. Très peu venteuses, ces régions ont dû tirer parti de la puissance hydraulique de leurs rivières pour produire de l’énergie. Leur patrimoine riche et varié a permis l’installation de scieries, de diamanteries et bien d’autres expertises artisanales au cœur de ces paysages remarquables.

Une diversité territoriale unique

La roue à aubes a considérablement évolué depuis que l’Homme l’utilise. Formes différentes, mécanismes adaptés pour différents usages, au fil du temps et proportionnellement aux besoins grandissants des hommes à l’avènement de l’ère industrielle, les roues à aubes disposent actuellement d’un répertoire de performances et d’apparences florissant.

Succès et Histoire

En France à la fin du XIXème siècle près de 100 000 roues à aubes étaient répertoriées. Historiquement, la roue à aubes était totalement en bois mais elle a évolué partiellement avec quelques pièces en acier. Actuellement, elle est exclusivement en acier et à conservé des similitudes techniques avec les roues à aubes plus anciennes. Au fil du temps, plusieurs utilisations leur ont été attribuées, en passant du moulin à grains jusqu'aux industries mécaniques.

Un objet chargé d’histoire

Chaque roue à aubes possède sa propre histoire. Toujours liées aux ressources d’un lieu précis, on leur attribue des fonctions spécifiques. De par leur diamètre très variable, les roues offrent une productivité adaptée aux besoins et ont donc demandé une mobilisation parfois colossale de la part de leurs constructeurs. Le destin unique de chaque roue à aubes les font participer à l’histoire du lieu où elles se trouvent.

Crise

Petit à petit, l’énergie produite par les roues à aubes s’est faite dépasser par celle des premières turbines électriques, qui se sont massivement développées entre 1900 et 1920 et sont devenues plus rentables. Les roues à Aubes sont alors tombées progressivement dans l’oubli.

L’arrivée de l’électricité

L’entreprise Brun frères

L’entreprise Brun Frères fabrique des roues à aubes encore aujourd’hui. C’est une des rares manufactures qui propose encore ce service, répondant aux nouveaux besoins des utilisateurs. Le processus de fabrication est historique, mais les progrès dans le domaine de la technologie permettent à l’entreprise d’adapter les fonctions de leurs roues à aubes aux exigences contemporaines.

La cuivrerie de Cerdon

La cuivrerie de Cerdon, gérée depuis des générations par la famille Goy, est une manufacture historique et traditionnelle de fabrication de cuivre. Toute la cuivrerie est alimentée par une roue à aubes, encore fonctionnelle.

Résurgence

L’attachement qu’ont le Jura et l’Ain pour leur patrimoine a néanmoins permis de conserver les roues à aubes, en tant que vestiges d’une époque. L’arrivée de l’électricité n’ayant pas éradiqué, mais seulement remplacé les technologies du passé, on trouve encore des roues à aubes qui fonctionnent aujourd’hui. Le plus étonnant vient du fait que la mouvance écologique et les énergies naturelles intéressent des nouveaux venus. Ceux-ci sont prêts à construire leur propre roue à aubes tout à fait capable d’alimenter un foyer ou même, dans certains cas une agglomération. Cette tendance redonne un second souffle à l’utilisation de la roue à aubes.

De nouveaux usages

La mouvance écologique et les énergies naturelles intéressent désormais de nouveaux venus. Ceux-ci sont prêts à construire leur propre roue à aubes tout à fait capables d’alimenter un foyer ou même, dans certains cas une agglomération. Cette tendance redonne un second souffle à l’utilisation de la roue à aubes et contribue à générer de nouvelles initiatives qui mettent au service les fonctionnalités des roues à aubes.

Patrimoine

Malgré ses succès économiques, l'entreprise innove peu. Dans les années 80, la marque est perçue comme obsolète. L'acquisition par une holding à la fin des années 1980 ne résout pas le problème. L’entreprise traverse une grave crise financière. En 1994, une banque d’affaire locale intervient pour la soutenir. Un an plus tard, un investisseur privé rachète Solari. Depuis l'entreprise est entré dans une nouvelle phase avec une nouvelle stratégie, notamment en passant à l’affichage numérique par écran.

Un attrait touristique

De nombreux témoignages de propriétaires de roues à aubes confirment que les retours du public sont excellents. L’outil émet un bruit agréable, et tourne lentement, renforçant davantage la dimension paisible des paysages montagneux alentours.

Conclusion

Après de longues années de service, la roue à aubes est devenue une invention délaissée dans son utilisation industrielle. Elle a cependant su tirer parti de son charme incontestable pour rester un symbole patrimonial, et un attrait pour la nouvelle génération, attirée par les techniques de production d’énergie propre. Elles tournent donc encore aujourd’hui, car leur utilisation s’est vue renaître sous une forme différente, en adéquation avec de nouveaux types d’exigences.