Afficheur à palettes

L'afficheur à palettes fait partie des artefacts qui ont conquis toute la planète. Issu du monde électromécanique, il est remplacé par les écrans numériques. Découvrez son histoire, sa singularité mais aussi ses résurgences.

Qu'est-ce que le split-flap ?

Depuis le milieu des années 1950, les afficheurs à palettes, aussi appelés split-flap, sont fabriqués par l’entreprise Solari Udine. Ils ont conquis toutes les gares et tous les aéroports de la planète. Un demi-siècle plus tard, ils sont remplacés par des écrans LED, LCD ou TFT, pourtant plus petits, moins lisibles, et plus énergivores. Les afficheurs à palettes entrent dans le monde des technologies délaissées, mais déjà résurgentes à leur façon.

Mécanisme

Le dispositif électromécanique est composé de plusieurs cartes (palettes) articulées autour d’un axe de rotation. Le moteur électrique qui fait tourner cet axe libère des palettes imprimées au recto et au verso avec des moitiés de lettre ou de chiffre. En « tombant » sous l’effet de la gravitation, la palette qui tombe permet l’affichage d’une nouvelle lettre ou d’un nouveau chiffre « complet ». Ce système a longtemps été utilisé pour l'affichage dynamique des informations dans les lieux de transport. Il est encore utilisé dans certaines horloges et réveille-matin. Le motif des lettres coupées en deux est devenu célèbre et marque une époque.

Solari

La production horlogère de la famille Solari débute en 1725. Elle concerne la fabrication d’horloges de tours et de campaniles, mais aussi de caisses en bois pour l’expédition des produits finis, de cordages de chanvre pour les mécanismes, etc. Le premier document officiel attestant de la production d’une tour d’horloge date de 1789.

les origines de Solari

La société Solari di Udine fut fondée en 1940 par les frères et cousins Ugo, Remigio, Remo et Fermo Solari, dont la famille avait confirmé sa réputation dans la production de tours d'horloge et d’horloges murales. Ils souhaitaient sortir de l’artisanat familial pour se lancer dans la production industrielle. Remigio était l'ingénieur et l’inventeur qui a créé les deux produits brevetés les plus importants de Solari : les pointeuses et le système d’affichage à palettes. Fermo était l’intellectuel et un entrepreneur qui a su développer l'entreprise. Le succès de Solari doit autant aux inventions de Remigio qu’à la stratégie commerciale innovante de Fermo.

Le son des palettes

Le son est aussi une des grandes caractéristiques du split-flap. Le son fait signe, il attire l’attention en indiquant qu'une nouvelle information est disponible. Le son des palettes qui défilent et qui bruissent en se superposant évoque désormais le voyage pour plusieurs générations.

L'invention

Le design de l’afficheur à palettes et de son découpage des chiffres et des lettres s’est imposé dans le monde de la signalétique, des horloges et des horodateurs. L’invention technique a consisté à obtenir un affichage alphanumérique plat à partir d’un système de roues, de rotations, d’engrenages et de cliquets dérivés de l’horloge. Vue latéralement, chaque palette est une sorte d’aiguille qu’actionne le moteur électrique général.

Typographie

En tant qu'outil d'information, l'afficheur à palettes offre une très grande lisibilité. Solari a adopté dès sa sortie en 1957 la typographie Helvetica créée par le designer suisse Max Miedinger. Cette typographie devenue classique offre des caractères presque symétriques qui se laissent facilement couper par le milieu. Ce qui est idéal pour le système des palettes.

Cifra 3

L’horloge Cifra 3 (1966) est un exemple de la réussite de Solari dans le design. Son designer, Gino Valle a notamment reçu le prix Compasso d'Oro. Dès 1967, la Cifra 3 est entrée dans la collection permanente du MoMA de New-York. Elle marque une époque et a été rééditée depuis 2015.

Couleurs

Différents essais colorimétriques ont été réalisés pour augmenter la lisibilité et le contraste des signes. Après des premiers essais en noir sur fond blanc, c'est finalement le lettrage en blanc sur fond noir qui a été préféré. Dans certains pays ou certaines gares, d’autres couleurs ont été préférées, le blanc sur bleu est assez fréquent. La station Liverpool-Street à Londres a même eu pendant un temps des palettes blanches sur fond rose.

Exemple de réalisation

Succès et développement

En 1956, la technologie du "rullo a paletta" est brevetée. Le tableau de commande d'horloge est le premier système d'affichage en Europe qui peut être actionné électriquement, ainsi que manuellement. Solari l’utilise d’abord pour produire des horloges industrielles et des pointeuses. Rapidement, la clarté de cet affichage séduit et remplace la signalétique des horaires et destinations des aéroports des gares. Dès les années 1960, Solari s’impose comme leader mondial dans le secteur de l’affichage public.

Solari dans le monde

Solari s'est largement développé à l'international et a imposé l'afficheur à palettes aussi bien en Europe, en Amérique, qu'en Asie, en Afrique ou en Océanie.

Crise

Malgré ses succès économiques, l'entreprise innove peu. Dans les années 80, la marque est perçue comme obsolète. L'acquisition par une holding à la fin des années 1980 ne résout pas le problème. L’entreprise traverse une grave crise financière. En 1994, une banque d’affaire locale intervient pour la soutenir. Un an plus tard, un investisseur privé rachète Solari. Depuis l'entreprise est entré dans une nouvelle phase avec une nouvelle stratégie, notamment en passant à l’affichage numérique par écran.

Les remplaçants

Aujourd'hui, le système d'affichage à palettes est remplacé par les flip-disc display, les tableaux LED, les écrans LCD, LED ou TFT. Ces nouveaux systèmes à « pixels » permettent un affichage immédiat de l’information, une grande diversité d’affichage, notamment de couleurs et d’images, un affichage par défilement et une meilleure adaptation aux réseaux numériques.

DISPARITION ET RECONVERSION

Malgré sa robustesse et ses performances, l’afficheur à palettes est considéré comme un produit daté qui peine à répondre à l’augmentation du trafic et des destinations. Forte de son expérience d’un demi-siècle, l'entreprise SOLARI a mis au point de nouveaux produits numériques mais elle a perdu son hégémonie mondiale. Elle s’est aussi spécialisée dans le traitement complexe de la gestion de l'information dans les services de transport.

Avantages et inconvénients

L’afficheur à palettes électromécanique emblématique des années soixante présente des inconvénients, mais également des avantages. Pourtant, depuis l’arrivé des écrans LCD, LED et TFT, il semble en fin de course. Lors de la refonte des gares et aérogares les designers le remplacent par ces écrans.

De nouveaux commanditaires

Si désormais l'afficheur à palettes est peu à peu délaissé par les services de transports, il reste un outil d'information recherché par d'autres structures, telles que des restaurants par exemple. Il est ainsi devenu un objet de communication haut de gamme, convoité pour son élégance et son côté vintage.

Résurgences

Les technologies, les pratiques et les modes évoluent. Après un demi-siècle de bons et loyaux services, le système de l’afficheur à palettes se retire des lieux de transports. L’artefact existe encore, mais dans des contextes éloignés des intentions signalétiques de ses concepteurs. Au début du XXIe siècle, il retouve une place chez les collectionneurs et dans les clubs de fans. Il se maintient dans le monde de la réédition du design en bénéficiant de l’effet « vintage » mais aussi dans le monde de l’art.

La nostalgie des palettes et du son

Dans les gares françaises, le split-flap s’est glissé dans les écrans pour saluer les passagers. Un effet de style sans doute provisoire pour les nostalgiques et un dernier tour d’honneur pour un système alphanumérique qui a marqué le paysage des transports pendant un demi-siècle. Simultanément, aux USA dans le New-Jersey, de nouveaux Split-Flap displays font leur retour.

Marco de Mutiis

La pratique artistique de Marco de Mutiis s'articule autour de la transformation d'anciens systèmes mécaniques et analogiques, tels que le split-flap. The Trial est une installation cinétique regroupant six horloges à palettes. Elles affichent des extraits du Procès (The Trial) de Kafka. Son œuvre tend à refléter la notion de contrôle du temps et notre impuissance face à son inaltérable passage. Comme le personnage de Kafka, accusé pour une raison qu'il ignore, Marco de Mutiis illustre notre combat perpétuel avec ce phénomène incompréhensible et immuable, comme un procès sans fin dont nous ne parvenons à tirer aucun sens. Arrivals est une œuvre qui lui a été inspirée par la disparition de l'ancien site de l'aéroport de Kai Tak. Cette installation questionne notre perception de la trace, de la mémoire et du temps, à travers l'usage du split-flap. Le temps est à la fois rendu visible et tangible. L'œuvre crée un environnement sonore immersif, rappelant à notre mémoire les anciens aéroports et stations ferroviaires.

Résurgences Artistiques

Des artistes se sont emparés de l'afficheur à palettes en détournant sa fonction première : l'information. Le système de palettes est employé à des fins artistiques, esthétiques et conceptuelles, notamment pour traiter du temps et de l'attente.

Hsin-Chien Huang

L’artiste taïwanais Hsin-Chien Huang a choisi le split-flap pour son installation The Moment We Meet exposée dans le métro de Taipei. Un premier panneau est séparé en deux affiches : des enfants d’un côté, des personnes âgées de l’autre, exposés en mosaïque ou en portrait intégral. La deuxième partie de l’installation consiste en des sculptures cinétiques encadrées qui dépeignent des gros plans de parties du corps humain. "Les deux reflètent le processus de rencontre au fil du temps qui passe" explique Hsin-Chien Huang. L’artiste utilise le système d’affichage à palette pour tenir un propos sur le temps et l’attente.
"Les deux [installations] reflètent le processus de rencontre au fil du temps qui passe "
Hsin-Chien Huang

Le gentil garçon

Lab(au)

Des artistes tels que Lab(au) récupèrent les lamelles de Split-Flap pour composer des oeuvres. Signal To Noise est une installation circulaire immergant le spectateur dans le son singulier et les motifs changeants de 512 unités de Split-Flap recyclés.

Steven Spielberg

Au cinéma, les plans de split-flap sont des marqueurs de transport. Le film Le Terminal, réalisé par Steven Spielberg en 2004, commence ainsi avec une séquence sur un panneau Solari.

Peter Wegner

Peter Wegner a créé Monument to Change as It Changes, un tableau de 16 lignes et 128 palettes colorées pour l'université de Stanford. La sculpture est en mouvement constant.

Conclusion

L'afficheur à palettes a indéniablement connu un succès international. Il a été décliné dans de nombreux contextes, avant de souffrir d'une concurrence majeure avec les écrans numériques qui sont pourtant moins lisibles et plus énergivores. Mais déjà, la nostalgie travaille l’histoire des signes et le vintage est à l’œuvre. D’une façon ou d’une autre l’afficheur à palette refait surface dans les mondes du design et de l’art.